Harman, Jennifer

Promotions

Harman, Jennifer

Jennifer Harman est une joueuse de poker américaine qui a remporté deux bracelets WSOP, les plus hautes distinctions dans la discipline. C’est la joueuse qui joue le plus gros en cash games à Las Vegas, où elle habite. Habituée des grosses parties du Bellagio Casino, elle n’en est pas moins discrète, souriante et féminine.

Découverte rapide d’un...

Jennifer Harman est une joueuse de poker américaine qui a remporté deux bracelets WSOP, les plus hautes distinctions dans la discipline. C’est la joueuse qui joue le plus gros en cash games à Las Vegas, où elle habite. Habituée des grosses parties du Bellagio Casino, elle n’en est pas moins discrète, souriante et féminine.

Découverte rapide d’une figure géniale du poker professionnel :

« Je fréquentais déjà les casinos à 16 ans avec une fausse carte d’identité [il faut 21 ans pour aller dans les casinos aux USA], mais je me suis vite rendu compte que j’avais beaucoup de chemin à faire. Je pense que j’ai eu un bilan négatif pour mes deux premières années de jeu. C’est ensuite que les choses se sont améliorées.

« A 21 ans, j’ai quitté Reno pour Los Angeles, où j’ai eu un job de serveuse dans un hôtel japonais. Trois jours après, j’ai rencontré un ami de longue date qui m’a emmenée dans un club du coin, le Bicycle, et cinq jours après j’avais démissionné de mon job pour ne faire que jouer au poker. Mais je ne pensais pas devenir pro. Ca m’a pris 10 ans avant de m’en rendre compte.

« Dix années pendant lesquelles je n’ai pas fait que jouer au poker. J’ai même arrêté de jouer pour créer mon propre business, que j’ai d’ailleurs planté. Ironie du sort : la seule fois où j’ai été « broke », ce n’est pas à cause du poker mais des affaires ! Quand je suis venue à Las Vegas, j’ai compris que je tenais ma voie. Tous les pros doivent aller à Vegas, car c’est là que vous trouvez à la fois les parties les plus intéressantes et les adversaires les plus forts.

« Je me suis très vite plue dans les cash games. C’est vrai que la plupart des pros préfèrent les tournois, mais pour moi, le vrai poker qui vous prend aux tripes, c’est la partie d’argent. Je me sens plus libre de cette manière : j’arrête quand je veux, je prends mes vacances quand je le désire, je ne suis pas soumise au calendrier des tournois.

« L’une des mes parties préférées est le Hold’em limit à $4.000-$8.000 du Bellagio [l’un des plus gros casinos de poker de Las Vegas]. Il m’arrive de jouer de 22h à 5h du matin. A de tels prix, vous devez être hyper-concentré en permanence. C’est un jeu d’observation, un jeu mental aussi, et c’est épuisant parfois. Mais c’est la quintessence du poker de compétition. Doyle Brunson, Phil Ivey, Daniel Negreanu, tous les grands jouent cette mega-partie.

« Pourtant je trouve que ces limites-là sont trop élevées. Je suis émotive, et cela me fait de la peine de voir des gens perdre énormément d’argent dans cette partie. Cela m’arrive aussi, d’ailleurs, de perdre ! Jusqu’à $450.000 en une partie. Mais heureusement, je n’ai pas que ce genre de divertissement. J’adore aussi me retrouver chez moi entouré de ma famille. J’anime également une association qui milite pour le don d’organes. »

Doyle Brunson, le « Parrain du poker », a choisi Jennifer Harman pour rédiger le chapitre technique du manuel colossal Poker Super System consacré au Texas Hold’em en limites fixes, la forme de poker favorite de Jennifer, qui compte parmi les meilleurs spécialistes au monde de cette variante.

 

Détails

Harman, Jennifer Il y a 4 produits.

Résultats 1 - 4 sur 4.
Résultats 1 - 4 sur 4.